La nouvelle maison de Amer

Situé à 25 kilomètres au nord-ouest d’Angers, plus précisément au Lion d’Angers, le Haras du Grand Courgeon abritait précédemment une écurie de trot. Depuis avril 2010, les pensionnaires ont bien changé puisque ce sont désormais le célèbre étalon pursang arabe Amer et les chevaux « stars » de l’écurie qatari Umm Qarn Farm qui occupent les lieux.

Précédemment implantée en Grande Bretagne, la partie élevage du Haras de Son Altesse Sheikh Abdullah Bin Khalifa Al Thani, a maintenant intégré les terres d’Alban de Mieulle entraîneur et manager de l’Ecurie, qui partage son temps entre Doha, le Lion d’Angers et Chantilly où sont installés, de mai à octobre, les chevaux à l’entraînement.

Une structure à taille humaine Une cinquantaine de chevaux, pur-sang anglais et pur -sang arabes, occupent le Haras qui s’étend sur 45 hectares de prairies verdoyantes. Les installations techniques modernes se composent de paddock, d’un manège, d’un marcheur , de boxes pour les étalons, d’un barn de 13 boxes, d’une cour avec 18 boxes et de tout l’équipement pour l’insémination artificielle. Cette infrastructure flambant neuf offre toutes les possibilités pour élever un cheval de course, de la conception jusqu’au départ à l’entraînement, car à partir de cette année les poulains et pouliches seront débourrés au haras. Une piste en sable de 1 000 m, installée par le précédent propriétaire pour l’entraînement des chevaux de trot, va être réaménagée pour le pré-entraînement des chevaux de galop, elle sera opérationnelle en octobre.

Amer : une retraite bien méritée

Né en 1984 chez Al Khalediah Stables, Amer fut offert par le Prince d’Arabie Saoudite au Prince du Qatar et intégra l’Ecurie Umm Qarn Farm dont il représenta les couleurs sur les hippodromes.

Durant les années 1992 et 1993 il gagna 5 courses sur 7 participations en Angleterre et participa à 6 épreuves au Qatar où il décrocha 4 victoires. Après cette carrière de course, c’est tout naturellement qu’il devint étalon public et fut mis à la saillie sur les juments, majoritairement de souche française, de l’élevage Umm Qarn. Immédiatement il produisit des chevaux exceptionnels comme : • En 1996, Mutabahi (de Geran SU par Kumir) qui obtint 7 victoires et 4 places sur 12 participations que ce soit en Angleterre et au Moyen Orient.

Parmi ces victoires, citons deux fois The Zaabeel Inter. Stakes à Newbury, The Al Nahyan Inter . Championship à Newmarket, le Malazgirt Trophy à Istanbul et Al Ruwais et Bani Yas aux Emirats Arabes Unis. Cette même année, Dandoura (Manganate) mettait au monde Al Anood, maintenant poulinière au Grand Cour geon, qui comme nous le verrons plus loin brilla également sur les pistes. • En 1998, c’est la naissance de Darweesh (de Danie du Cassou par Dahr) qui après une carrière d’étalon à l’Earl du Moulin à Pau, a rejoint depuis quelques mois le Sultanat d’Oman, et d’un autre futur vainqueur, Nizam (de Nerva du Cassou par Baroud III), actuellement étalon au Grand Courgeon. • L’année 1999 voit la naissance de Dahess, le propre frère de Darweesh. Dahess remporta, sous l’entraînement d’Alban de Mieulle, dix victoires en Groupe 1 PA, dont la Liwa Oasis (EAU), le Qatar Inter . Trophy, HH Sh. Mohammed Bin Khalifa Al Thani Trophy et The Heir Apparent Trophy au Qatar, deux fois le Zaabel Int. Stakes en Grande Bretagne et deux fois le Malazgirt Trophy en Turquie. Dahess fut vendu aux enchères pour 1 050 000 euros et il est maintenant reproducteur en France, stationné aux Haras Nationaux.

Les excellents résultats en courses des produits d’Amer créèrent une importante demande de saillies au niveau international. Il est aujourd’hui le père de plus 1 16 produits. Parmi eux 59 sont des gagnants de groupes 1PA et 44 sont placés, sans compter les gagnants de groupes 2 ou groupes 3 PA. Malgré cette production impressionnante, c’est chez Umm Qarn Farm que l’étalon continua à produire ses meilleurs chevaux, ce qui pourrait laisser supposer que leurs performances ne sont peut-être pas uniquement dues au géniteur mais confirment les résultats de mariages choisis et d’un travail sous la selle personnalisé.

Quoi qu’il en soit, pour la prochaine saison de monte, Amer qui aura 28 ans, ne proposera plus sa semence aux poulinières de course, il prend sa retraite et pourra s’ébrouer tranquillement dans les paddocks du Haras du Grand Courgeon. Ce sont ses fils qui auront maintenant la mission de perpétuer la lignée Amer en transmettant à leurs produits les exceptionnelles qualités sportives, la rage de vaincre et une gentillesse constatée chez tous ses descendants présents au Haras, que lui même a su insuffler à sa descendance.

Il y a aussi du Manganate dans tout ça Parmi les poulinières présentes ici, certaines ont fait leurs preuves sur les hippodromes avant de se lancer dans une carrière de mère. •La belle Djelmila (Manganate x Cherifa par Cheri Bibi), par exemple, née en 1994 chez Jean-Marc de Watrigant qui remporta à 4 ans le Derby des pur -sang arabes de Chantilly (Gr 1 PA), totalise 15 courses à l’étranger dont 9 victoires (UAE Derby , Qatar Derby , Int. Hatta Stakes, Emir ’s Sword et Maktoum Challenge) et 6 places. C’est la mère de Majd Al Arabe (Amer), lui-même gagnant de groupes 1PA et étalon au Grand Courgeon. •Al Anood (Amer x Dandoura par Manganate), un pur produit maison, totalise 27 courses, 12 victoires et 13 places. Elle remporta, entre autres groupes 1PA, l’Hatta Int. Stakes et le Zaabel Int. Stakes à Newbury, le Malazgirt Trophy à Istanbul et fut deuxième de la Coupe d’Europe et des EAU à Chantilly. Cette année, deux nouvelles stars de l’Ecurie Umm Qarn Farm sont venues grossir le rang des reproductrices : •Al Dahma (Amer x Al Hanoof par Manganate), née en 2002. C’est le produit de Amer qui totalise le plus de victoires : 25 victoires et 11 places pour 36 départs. Al Dahma a, entre autres, remporté deux fois la Coupe d’Europe des Chevaux Arabes à Chantilly, la French Arabian Breeders Cup Mile à Toulouse, quatre fois le Qatar Int. Trophy de Doha, le Qatar Int. Derby , l’Emir’s Sword, le Qatar National Day, HH The President Cup à Abu Dhabi, et fut deuxième du Malazgirt Trophy à Istanbul et deuxième de la Qatar Arabian World Cup à Longchamp, derrière son propre frère, Voir Al Dahma franchir le poteau d’arrivée de l’hippodrome de Doha, avec la foule debout scandant son nom, reste un souvenir exceptionnel pour tout passionné de courses de galop.

C’est une vraie star qui savait, après la course, poser pour les photographes, calme, avec ses petites oreilles bien droites. •Al Anqa (Amer x Altesse d’Aroco par Manganate), née en 2006, totalise 15 courses, 5 victoires et 10 places. Elle fut gagnante du Qatar Total French Arabian Breeders’ Challenge pour pouliches de 3 ans et de la Zayed The First Arabian Cup de Frankfort. Si toutes les poulinières à la reproduction au Grand Cour geon ne sont pas des reines des pistes, toutes ont un point commun, elles ont du sang de Manganate dans les veines. Ne serait-ce pas là le secret de la réussite des pur-sang arabes d’Umm Qarn Farm ? Le mariage de Amer avec des juments de lignée Manganate ?

Il ne faut pas oublier que l’élevage du pur sang arabe de course en France a connu une époque florissante où toutes les meilleures juments furent vendues aux pays de Moyen-Orient comme le Qatar, les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite.