Festival du Cheval

Le changement de lieu, comme le changement d’équipe cette année, n’a en rien déstabilisé les éleveurs et propriétaires habitués à se rendre en Alsace où la bonne humeur est toujours présente, l’accueil extrêmement chaleureux, dispensé dans un esprit de fête à la gloire du cheval de pur-sang arabe qui est à l’honneur.

Le dynamique Président de l’ACAAGE Jean-Louis Bihr a eu la sagesse de confier à un homme longtemps dans l’ombre, Eric Goublaire, le soin de relever le défi pour organiser une manifestation dans un nouveau lieu qui est apparu formidable pour tous ceux qui ont répondu présents.

Le Pôle Hippique de Lorraine est un écrin où tout est pensé “cheval” et dont le maitre des lieux, Jean-Claude Meng, est véritablement engagé à la cause du cheval arabe avec une équipe rodée aux défis. Le programme du Festival du Cheval Arabe contenait en plus de l’International, des séries du nouveau programme pour Amateurs ainsi que des épreuves montées où les dispositions sous la selle du cheval arabe n’avaient plus rien à prouver.

Le dynamisme des cavaliers principalement de la région méritait la plus grande considération et pourrait servir de moteur aux amateurs qui n’ont pas tous des chevaux “Champions du monde” mais qui savent où se trouve le bonheur sur le dos d’un cheval, ou d’exercer un talent qu’ils possèdent souvent sans le savoir, qui plus est sur un pur-sang arabe.

Cette manifestation dans toute sa composante, avec ses dirigeants au caractère bien trempé et souhaitant rester libres face aux dictats des organismes, nous a donné dans un moment de bonheur, un exemple de liberté partagée auprès des chevaux arabes. Il n’est pas déplacé de confirmer qu’en terme d’efficacité promotionnelle pour le cheval arabe, le Pôle Hippique de Rosières aux Salines aura été sans aucun doute l’un des meilleurs vecteurs de l’année pour la filière.

Les Alsaciens maintiennent un état d’esprit qui engage la plus grande considération. Deux juges experts Ecaho de niveau B étaient présents Véréna Egli (Suisse) et Tony Van Der Auwera (Belgique), accompagnés du juge national Eric Gear (France). Tous ont réussi à départager de très bons chevaux en compétition, récompensés par des trophées et cadeaux à faire pâlir certains concours.